Loisirs

Home

Suisse

Sports

Faits divers

Monde

People

Loisirs

High-Tech

Société

Économie

Santé & Environnement

Auto & Moto

Bien Manger

News piquantes

Votations

Festivals

Photos

Investir

Déclaration de confidentialité

CG

Mentions légales

HumourLe cri d’amour de Chappatte pour le dessin de presse

Le célèbre dessinateur suisse expose ses œuvres à Genève pour rappeler combien cette forme de critique de notre monde est nécessaire alors qu’elle est en péril.

de
Michel Pralong
Publié

Tabous modernes, dessin paru le 15 mai 2010 dans la «NZZ am Sonntag».

© Chappatte

Le danger qui menace le dessin de presse, Patrick Chappatte le connaît bien. Celui qui, en Suisse, dessine notamment dans «Le Temps», publiait également ses dessins dans le «New York Times». Un prestigieux journal qui ne paraît pourtant pas dans une dictature mais qui, en 2019, a décidé de renoncer au dessin de presse suite à une polémique liée à une caricature. De la pure autocensure préventive.

advertisement

De nombreux dessinateurs du monde entier sont muselés, enfermés voire tués pour leur critique satirique. Même dans les pays où la liberté d’expression a encore un sens, ils peuvent être en danger, comme le massacre de «Charlie Hebdo» l’a cruellement montré. Alors, parce que cette forme de regard critique sur notre monde est indispensable, parce que le maintien d’une certaine insolence doit pouvoir s’affranchir du politiquement correct, Genève présente une grande expo des dessins de Chappatte.

«L’humour trouve toujours un chemin»

«On a besoin d’humour autant que de l’air qu’on respire. Ou de l’eau. Car comme l’eau, quels que soient les circonstances et les obstacles, l’humour trouve toujours un chemin», dit le dessinateur dont cette expo a déjà été présentée en partie au Musée des beaux-arts du Locle (NE) en 2020. Mais elle a été repensée à la lumière des événements des deux dernières années, avec forcément un coronavirus qui s’est invité.

Réalisée en partenariat avec la Freedom Cartoonists Foundation, qui lutte pour la liberté des dessinateurs de presse, elle présente également une section en cinq chapitres sur précisément la question de la liberté de la caricature, de la censure et de l’autocensure à travers des dessins qui ont fait débat. Une vingtaine de caricaturistes de Suisse et de l’étranger y sont représentés.

Exposition du 17 décembre 2021 au 20 février 2022
Le Commun, Bâtiment d’art contemporain
Rue des Bains 28 1205 Genève

lecommun.geneve.ch
Entrée libre

Afficher les commentaires